Dieu Krishna

Krishna, el avatar de lord Vishnú.

Krishna, l’une des divinités les plus populaires et les plus vénérées de l’hindouisme, est une source d’inspiration, de dévotion et de fascination depuis des siècles.

Selon la tradition hindoue, Krishna est la huitième incarnation ou avatar du dieu Vishnu, l’un des principaux dieux de la triade hindoue, avec Brahma et Shiva. Vishnu est connu comme le conservateur de l’univers et prend la forme humaine à diverses occasions pour rétablir l’équilibre cosmique. Bien qu’il soit un avatar de Vishnu, il a été tellement influent et aimé dans la culture indienne qu’il a été vénéré comme une divinité à part entière.

Origine et mythologie du Seigneur Krishna

Origen de lord Krishna, el avatar.

La figure de Krishna apparaît pour la première fois en détail dans le « Mahābhārata« , en particulier dans la « Bhagavad Gītā« , qui fait partie du Mahābhārata. Dans la Bhagavad Gītā, Krishna sert d’aurige et de conseiller spirituel à Arjuna, l’un des princes Pandava, et lui présente des enseignements fondamentaux sur le devoir, la droiture et la spiritualité.

Bien que les textes védiques mentionnent Krishna avant même le Mahābhārata , ils sont moins détaillés et sa nature divine n’est pas aussi clairement définie que dans les épopées ou les Puranas ultérieurs.

Le « Bhāgavata Purāṇa » est un autre texte important qui raconte la vie de Krishna dans les moindres détails, de sa naissance à son départ, en passant par les jeux de son enfance, ses miracles et son rôle d’amant divin.

La naissance de Krishna

Vasudeva, llevando a Krishna por el río Yamuna.

L’histoire de Krishna commence dans la ville Yadava de Mathura, menacée par le dirigeant despotique Kamsa. Les prophéties annoncent que Kamsa sera tué par le huitième fils de sa sœur Devaki. Pour éviter ce destin, Kamsa emprisonne Devaki et son mari Vasudeva, tuant systématiquement chacun de leurs nouveau-nés. Cependant, alors que le huitième fils était sur le point de naître, une intervention divine se produisit. Les gardes s’endormirent, les portes de la prison s’ouvrirent et Vasudeva reçut l’ordre de faire traverser la rivière Yamuna au nouveau-né Krishna jusqu’à Gokul, où il serait en sécurité avec ses parents adoptifs, Nanda et Yashoda.

Dans cet arc narratif, la naissance de Krishna signifie l’intervention divine dans l’ordre moral et cosmique du monde, un thème récurrent dans de nombreuses mythologies.

L’enfance à Gokul

Mitología del dios Krishna.

Les récits de l’enfance de Krishna à Gokul regorgent d’histoires charmantes qui servent à la fois de divertissement et d’allégories philosophiques profondes. Enfant, il était célèbre pour avoir volé du beurre, ce qui lui valut le surnom de « Makhanchor » (voleur de beurre). Ces épisodes ludiques mettent en évidence les traits humains de Krishna, qui le rendent compréhensible pour les gens ordinaires.

Ces histoires innocentes sont entrecoupées de récits sur le pouvoir divin de Krishna. Enfant, il a vaincu plusieurs démons envoyés par Kamsa pour le tuer, tels que Putana, Trinavarta et Aghasura. L’une des histoires les plus emblématiques de son enfance est celle de l’ascension de la colline de Govardhana. Alors que les habitants de Gokul s’apprêtaient à vénérer Indra, le roi des dieux, pour obtenir la pluie, Krishna les persuada de vénérer plutôt la colline de Govardhana. Indra, furieux, déchaîna des pluies torrentielles sur Gokul. Krishna, qui n’était qu’un enfant, souleva la colline entière avec son petit doigt, abritant les villageois, signifiant ainsi le triomphe de la dévotion sur les pratiques rituelles.

La jeunesse à Vrindavan

Les récits de la jeunesse de Krishna à Vrindavan comptent parmi les plus célèbres et les plus vénérés de la mythologie hindoue. Vrindavan, avec ses forêts luxuriantes, ses rivières impétueuses et le parfum des fleurs, est le cadre idéal pour le déroulement de ces histoires enchanteresses. Cette étape de la vie de Krishna n’est pas marquée par de grandes batailles ou des discours philosophiques, mais par des histoires plus simples et plus proches.

Les Gopis

Rada es la ferviente y devota amante de Krishna.

Vrindavan est synonyme de Gopis (jeunes filles vachers) et surtout de Radha. Leur amour et leur dévotion envers Krishna transcendaient l’attirance physique et étaient enracinés dans un amour pur et spirituel. Parmi les Gopis, Radha occupait une place particulière dans le cœur de Krishna. Alors que Krishna est considéré comme l’incarnation du dieu suprême Vishnu, Radha est vénérée comme la manifestation de la déesse Lakshmi.

Ras Leela

Ras leela, la danza del dios Krishna.

Le Ras Leela, ou danse de l’amour divin, est l’événement le plus emblématique des jours de Krishna à Vrindavan. Par une nuit de lune, Krishna joua de sa flûte et ses notes émouvantes résonnèrent dans les forêts et les rivières de Vrindavan. Attirées par la mélodie divine, les Gopis quittèrent leurs maisons et leurs familles et furent attirées par Krishna. Sur les rives de la Yamuna, elles formèrent un cercle et, Krishna se multipliant pour danser avec chaque Gopi, le Ras Leela commença.

Cette danse n’est pas seulement une activité ludique ; elle symbolise la danse éternelle de l’âme avec le divin. Les Gopis représentent les âmes individuelles et Krishna, le cosmos divin. Le Ras Leela souligne l’idée que, par la dévotion et l’abandon véritables, on peut connaître l’extase divine et l’union avec le Suprême.

Krishna, le philosophe et le guerrier

Krishna como guerrero y filósofo en la Bhagavad Gita.

Devenu adulte, Krishna retourna à Mathura, renversa Kamsa et rétablit les souverains légitimes. Mais son histoire ne s’arrête pas là. Le Mahabharata, l’une des plus grandes épopées de la littérature mondiale, dépeint Krishna comme un guerrier et un philosophe. Il a joué un rôle essentiel dans la guerre de Kurukshetra, en tant qu’aurige du prince Pandava Arjuna.

C’est sur ce champ de bataille que Krishna a écrit la Bhagavad Gita, un texte de 700 versets qui constitue la base philosophique de l’hindouisme. Il y aborde des thèmes profonds tels que le devoir (dharma), la droiture, le détachement et les voies de la réalisation spirituelle.

Symbologie et signification spirituelle du dieu Krishna

Krishna es el avatar más querido del señor Vishnú.

Krishna, l’enfant divin

Au début de sa vie, Krishna est connu comme l’enfant espiègle, le voleur de beurre. Il est souvent représenté comme un petit garçon avec une flûte, entouré d’autres enfants ou de gopis (bergères) à Vrindavan. À première vue, il représente l’innocence, la joie et la pureté de l’enfance. Mais à un niveau plus profond, l’enfance de Krishna symbolise la conscience divine manifestée dans sa forme la plus pure et la plus intacte. Son vol innocent de beurre peut être considéré comme une métaphore du divin qui nous débarrasse de notre ego et de nos attachements mondains pour les fondre dans la pureté de l’âme.

Krishna l’amoureux

Le Raas Leela, la danse de Krishna avec les gopis, est un épisode important dans lequel il se multiplie pour danser avec chaque gopi simultanément. Il s’agit d’une représentation profonde de l’aspiration de l’âme individuelle à l’union avec le divin. La danse est une représentation symbolique du jeu des énergies cosmiques, de l’éternelle romance entre l’âme(Jivatma) et la conscience suprême (Paramatma). Elle reflète l’idée que, bien que nous nous percevions comme des entités séparées, nous sommes éternellement connectés et entrelacés avec le divin.

La nuance de bleu

Krishna est souvent représenté avec la peau bleue, une couleur qui a une signification symbolique. Le bleu peut être considéré comme une représentation de l’infini, comme le vaste ciel ou l’océan profond, un rappel de la nature illimitée de la divinité et de notre propre potentiel illimité à fusionner avec elle. La teinte bleue évoque également le calme et la sérénité, symbolisant la capacité de Krishna à rester imperturbable dans le chaos de la vie.

Le joueur de flûte

Laflûte de Krishna n’est pas seulement un instrument de musique, mais un symbole de l’appel divin. Lorsqu’elle joue, tout le monde est enchanté. Cela signifie l’attraction de l’appel divin qui résonne au plus profond de chaque cœur. Le vide de la flûte dénote le vide, suggérant que pour être un canal du divin ou pour atteindre la sagesse spirituelle, il faut d’abord se vider de son ego et de ses désirs mondains.

Le maître

La Bhagavad Gita, une écriture hindoue de 700 versets, est un dialogue entre Krishna et le prince guerrier Arjuna. Ici, Krishna se fait charrette et guide, révélant de profonds enseignements spirituels. Cette relation représente le voyage de l’âme en quête de conseils divins. Les enseignements de Krishna dans la Gita sur le Dharma (le devoir), le détachement et la dévotion ont une pertinence universelle, fournissant des conseils pour les dilemmes moraux, la croissance spirituelle et la recherche du but de la vie.

L’aurige sur le champ de bataille

Le rôle de Krishna en tant qu’aurige dans la guerre du Mahabharata est chargé de symbolisme. Le champ de bataille de Kurukshetra peut être considéré comme l’esprit humain, où s’affrontent les tendances du bien et du mal. Arjuna, le guerrier, symbolise l’âme individuelle, confuse et en quête de direction. Krishna, le guide, représente le moi supérieur ou la conscience divine, qui dirige l’âme à travers les défis de la vie.

Le danseur cosmique

Dans certains récits, Krishna est représenté en train d’exécuter la danse cosmique. Cette danse représente le cycle de la création, de la préservation et de la destruction. Tout comme le cosmos fonctionne par cycles, il en va de même pour nos vies. La danse de Krishna représente le rythme de l’existence, la nature transitoire de la vie et le jeu constant entre la création et la dissolution.

Krishna et le serpent

L’épisode dans lequel le jeune Krishna soumet le serpent Kaliya incarne le triomphe de la conscience divine sur les influences empoisonnées de l’ego, de l’orgueil et de l’ignorance. Le serpent représente les dangers qui se cachent dans les profondeurs de la conscience humaine, tandis que l’acte de Krishna de danser sur sa tête suggère la maîtrise de ces tendances négatives.

La forme universelle

Dans la Bhagavad Gita, Krishna révèle sa forme universelle (Vishvarupa) à Arjuna. Cette forme, qui englobe toute l’existence, signifie la nature omniprésente de la divinité. Tout existe dans le divin, et le divin existe dans tout. C’est un puissant symbole d’unité et d’interconnexion.

Chakra de Sudarshan

LeSudarshan Chakra est une arme qui a la forme d’un disque en rotation. Ce chakra symbolise le pouvoir de l’esprit et les cycles du temps. Il incarne également le concept de juste justice et la capacité du divin à rétablir l’équilibre cosmique.

Hare Krishna

Le mouvement Hare Krishna, officiellement connu sous le nom de Société internationale pour la conscience de Krishna (ISKCON), est une ramification de l’hindouisme moderne fondée en 1966 à New York par A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, qui se concentre sur la dévotion au Seigneur Krishna.

La philosophie du mouvement est basée sur des textes anciens, en particulier la Bhagavad-gītā et le Śrīmad Bhāgavatam, qui décrivent la relation des êtres humains avec Dieu, la nature de l’univers et la façon de mener une vie qui a un sens et un but. La pratique centrale du mouvement est le chant du maha-mantra:

Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna Krishna, Krishna Krishna, Hare Hare

Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare Hare

Ce mantra est une supplication adressée au Seigneur Krishna et à son énergie intérieure, Hare, pour qu’ils se manifestent dans le cœur du dévot et le libèrent du cycle des naissances et des morts.

Depuis sa création, le mouvement s’est développé de manière exponentielle, établissant des centres et des temples dans le monde entier. Les adeptes, connus sous le nom de dévots, vivent selon un ensemble de principes qui mettent l’accent sur la pureté personnelle, la méditation quotidienne et la dévotion à Krishna. Ces principes comprennent l’abstention de boissons alcoolisées, de viande, de jeux d’argent et d’activités sexuelles illicites.

Festivals en l’honneur du Seigneur Krishna

Festivales en honor al dios Krishna, el avatar de Vishnú.

Krishna étant une divinité largement vénérée dans l’hindouisme, on peut s’attendre à ce qu’il y ait un grand nombre de festivals en son honneur. Nous décrirons ici quelques-uns des festivals les plus importants autour de la figure du Seigneur Krishna.

Janmashtami

Le nom Janmashtami est dérivé de deux mots :  » Janma« , qui signifie « naissance« , et « Ashtami« , qui fait référence au huitième jour de la lune décroissante du mois de Bhadrapada selon le calendrier hindou, jour où le Seigneur Krishna est censé être né à minuit.

La ferveur avec laquelle Janmashtami est célébré fait plaisir à voir. La journée commence par un jeûne et des prières. Dans de nombreux temples et maisons, des autels élaborés sont dressés avec des images ou des idoles de Krishna sous sa forme infantile. Ces idoles sont baignées, habillées de vêtements neufs et décorées de bijoux. La « Bhagavad Gita » et d’autres hymnes dévotionnels sont chantés, tandis que les fidèles dansent et se réjouissent en souvenir des actions de Krishna.

Janmashtami, également connu sous le nom de Gokulashtami, marque la naissance du Seigneur Krishna. C’est l’un des festivals les plus importants et les plus largement célébrés en Inde et dans de nombreuses régions du monde où réside la communauté hindoue.

L’un des rituels les plus passionnants de Janmashtami est le « Dahi Handi« . Une cruche remplie de yaourt, de beurre et d’autres aliments est suspendue à une hauteur considérable et des groupes de jeunes hommes, appelés « Govindas« , forment des tours humaines pour tenter de la briser, imitant ainsi les pitreries du jeune Krishna, qui avait l’habitude de voler du beurre de cette manière. Le spectacle attire de grandes foules et témoigne du dévouement et de l’esprit d’équipe des participants.

Outre les rituels religieux, Janmashtami est aussi un moment de réflexion spirituelle. L’enseignement et la philosophie de Krishna, tels qu’ils sont présentés dans la Bhagavad Gita, sont un guide pour vivre une vie vertueuse et pleine de sens. Le jour de Janmashtami, de nombreux fidèles consacrent du temps à la lecture et à la réflexion sur ces messages intemporels.

Radhastami

Radhastami est l’un des festivals les plus sacrés du calendrier védique, commémorant la naissance de Śrīmatī Rādhārānī ou Radha, l’éternelle consort du Seigneur Krishna. Elle est célébrée exactement quinze jours après Janmashtami, la naissance de Krishna. Pour les dévots du Seigneur Krishna, en particulier ceux de la tradition Gaudiya Vaishnava, Radhastami a une signification profonde et est célébré avec beaucoup d’amour et de dévotion.

Śrīmatī Rādhārānī est considéré comme la personnification de l’amour le plus pur et le plus suprême pour Krishna. Alors que Krishna est l’objet suprême de l’amour, Rādhā est le porte-étendard suprême de cet amour. Ensemble, leur relation symbolise l’apogée de l’amour divin. C’est pourquoi la compréhension de Radharani et de son amour pour Krishna est essentielle pour ceux qui cherchent à approfondir leur relation et leur dévotion au divin.

Le jour de Radhastami est célébré par un jeûne jusqu’à midi, suivi d’un grand festin en l’honneur de Rādhārānī. Les temples dédiés à Krishna et à Rādhā sont magnifiquement décorés de fleurs fraîches et de lumières. Les images et les divinités de Rādhārānī sont parées de robes et de bijoux spéciaux pour l’occasion.

L’une des pratiques centrales de la journée est le kirtan, ou chant de congrégation, au cours duquel les fidèles chantent des mantras et des bhajans (chants dévotionnels) à la gloire de Rādhā et de Krishna. À travers ces mélodies, les dévots expriment leurs sentiments les plus profonds d’amour et d’aspiration à la divinité.

Les histoires et les passe-temps liés à la vie de Rādhārānī sont également racontés dans les assemblées dévotionnelles. Ces histoires, pleines de leçons spirituelles et de nuances de l’amour divin, sont une source d’inspiration pour les dévots. Par exemple, l’amour et la dévotion profonds de Rādhā pour Krishna, malgré les adversités et les obstacles, inspirent de nombreuses personnes à persévérer sur leur propre chemin spirituel.

Gopashtami

Gopashtami célèbre une étape importante dans la vie du Seigneur Krishna : le jour où on lui a confié le soin des vaches au lieu des veaux. Cette transition est perçue non seulement comme un passage de l’enfance à l’adolescence de Krishna, mais aussi comme une manifestation de son rôle divin dans la vie des habitants de Vrindavan.

Krishna, également connu sous le nom de Gopala, ou gardien des vaches, entretient un lien particulier avec ces créatures sacrées dans les écritures hindoues. Dans la tradition védique, la vache est un symbole de générosité et d’abondance. En prenant soin des vaches, Krishna montre son rôle protecteur et aimant envers tous les êtres vivants.

La fête de Gopashtami est célébrée le huitième jour (ashtami) du mois lumineux de Kartika. La tradition veut que jusqu’à ce jour, Krishna et son frère Balarama ne se soient occupés que de veaux. Cependant, lorsqu’ils atteignaient un certain âge, ils se voyaient confier la responsabilité de s’occuper des vaches, marquant ainsi leur passage à l’adolescence et à de plus grandes responsabilités.

À Vrindavan et dans d’autres régions associées à la vie et aux loisirs de Krishna, Gopashtami est un événement qui suscite beaucoup de joie et de festivités. Les vaches et les veaux sont vénérés ce jour-là et sont souvent décorés de guirlandes et de couleurs vives. On leur offre une variété de mets délicieux et on les laisse vagabonder librement, symbolisant l’amour et les soins que Krishna leur a prodigués.

Ce jour est également l’occasion pour les dévots de se remémorer les innombrables leelas (passe-temps divins) associés à Krishna et à ses amis gopas (bergers). Ces histoires, pleines d’innocence, de joie et de dévotion, sont une source inépuisable d’inspiration pour les fidèles. Elles racontent comment Krishna, bien qu’il soit la Personnalité Suprême de la Divinité, s’est totalement immergé dans son rôle de simple garçon vacher, jouant avec ses amis, volant du beurre et protégeant les vaches de divers dangers.

Gopashtami souligne également l’importance de la vache dans la culture et la spiritualité hindoues. La vénération des vaches ce jour-là rappelle aux gens le caractère sacré et le respect que méritent ces animaux. Le soin et la protection des vaches sont considérés non seulement comme un devoir religieux, mais aussi comme un acte de compassion et de gratitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut